Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

JAPON BALADES

JAPON BALADES

Bienvenue sur mes pages de petits voyages en images à travers le pays où je vous propose, en complément d'un guide, ou de mon livre par exemple, un bel éventail d'aperçus dans toute la simplicité de Haïkus.


Chroniques: Le 24 octobre 2018

Publié par Kansaijin sur 24 Octobre 2018, 18:13pm

Catégories : #Chroniques

Des matins de ciel bleu, où je voudrais plonger, nager, des températures d'étés parisiens où l'air semble lavé de toute humidité estivale japonaise, et les cricris chantent encore dans l'herbe comme en France, sur les aires de repos de l'autoroute des vacances.
 
Les salarymans aux costumes sombres se pressent à pas énergiques vers la gare, pour aller travailler. Encore un, comme souvent, qui "va aux fraises", comme on le dirait si éloquemment chez nous, c'est à dire qu'il porte son pantalon trop court au dessus des chevilles, la ceinture tirée sur le haut des hanches.
Les Japonais ne doivent pas percevoir cela comme un air benêt, l'antithèse de l'élégance dans un vêtement qui se voudrait pourtant tel...
 
RACISME ORDINAIRE
 
Comme toujours, dans le wagon bondé, la place restait libre à côté de moi, et seulement à côté de moi, l'étrangère, la Gaijine, la paria!
Dans ma leçon du jour, portant justement sur le racisme, j'en touche mot à des étudiants âgés qui me répondent que "Meeuh non, il ne faut pas croire, c'est par respect, la distance du respect, comme on le ferait avec un supérieur, et aussi parce qu'ils ont peur de se faire... adresser la parole en anglais, les pauvres, et vous êtes trop impressionnante pour eux, trop belle même!"
Ah haha, ben voyons, belle manière de justifier leur insidieuse et indéniable xénophobie, mais c'est gentil tout de même! "Moi, je m'assiérais plutôt volontiers à côté de vous, et je vous parlerais même", dit l'une "vous êtes une Occidentale, de ces contrées dont nous rêvons, et étudions les langues, mais personnellement, je ne le ferais pas avec un Noir ou un Asiatique non Japonais, comme un Chinois, un Coréen...Alors, d'un côté je les comprends !"
"Soo So so (oui oui oui)" appuie sa voisine dans un hochement de tête convaincu.
...
 
SERVICE
 
Je viens de m'acheter un parfum dans un grand magasin. La jeune vendeuse qui s'occupe de moi se montre on ne plus professionnelle dans sa gestuelle et ses tirades polies dignes de la rigueur parfaite
d'une cérémonie du thé. De la même manière, elle extrait d'un grand tiroir un sachet d'emballage en
carton plastifié d'un jaune solaire, profond lumineux et chaleureux qui me replonge en un instant dans le bonheur et les saveurs d'un été méditerranéen. Je laisse échapper à mon grand dam que "j'adore cette couleur". Ma vendeuse tourne alors la tête sur le côte, baisse les yeux pour se mettre à ricaner comme une idiote les cinq doigts posés en corolle sur sa bouche, dans un air qui se veut mignonnement embarrassé. Elle qui a réponse à tout dans le rôle qu'elle tient dans le magasin, j'en suis venue à la perturber avec une remarque totalement inattendue et destabilisante qui ne figurait pas dans son petit manuel de vendeuse de parfums. "Le client dit qu'il aime la couleur".
Que répondre et comment réagir à ça, hein? Solution fourre-tout: rire bêtement.
Non, vraiment, dans le service japonais, les ressentis personnels, la spontanéité, un brin de complicité dans une parole, un sourire n'ont pas leur place.
 
108 yen, me lance en me tendant sa main blanche et moite le jeune vendeur d'un petit magasin d'articles à 100 yen où je viens de m'acheter un carnet de notes. Je lui remets mon dû. Et lui de se figer ainsi, me fixant d'un air de timoré embarrassé, la bouche entrouverte. Je ne comprends pas. Il secoue alors un peu sa main afin de faire rebondir les deux pièces que j'y avais posées. Je m'aperçois que je lui avais malencontreusement refilé deux pièces de 10 au lieu d'une pièce de cent et une pièce de dix. Mince! Pour briser la glace je souris et lui dis d'un ton jovial que "ah, mais c'est que la pièce de bronze brillait comme celles en argent, surtout avec ce néon, juste au dessus ahaha" en rectifiant
mon erreur. Et il me répond , totalement inexpressif, tel un automate, la phrase de clôture "Aligatô gozaimashita" ("Je vous remercie", derniers mots d'un vendeur japonais à son client). Serais-je donc si masochiste à chercher encore, après tant d'années au Japon une once d'humour complice chez un vendeur? J'ai décidé que c'était vraiment la dernière fois... Je n'ai pas du tout le goût à ce qu'on me ferme des portes sur le nez.
 
Après ma consultation d'un contrôle de routine dans un grand hôpital, je me rends à la caisse. Ce jour-là, il y avait énormément de monde, du jamais vu pour moi depuis les quatre années que je le fréquente, avec pour conséquence de longues périodes d'attente tout à fait inhabituelles. Une femme vêtue de blanc, un masque chirurgical lui écrasant tout le bas du visage me sert. Je lui demande au passage si cela est dû au hasard ou s'il se passe quelque chose de spécial ce jour pour qu'il y ait autant de gens.  Même scénario qu'avec la parfumeuse, ses yeux se plissent tout petits dans un ihihihihihi interminable, sa tête secouée comme un shaker par de rapides mouvements de haut en
bas, pour me dire quelques secondes plus tard avec hésitation que "oui, il y a du monde n'est-ce-pas?". "Oui, effectivement, comme je vous dis, mais se passe-t-il quelque chose de spécial aujourd'hui? Le temps, un événement, le jour de la semaine peut-être, le fruit du hasard?" Re ihihihihi, et je n'aurai pas de réponse à ma question pourtant on ne peut plus banale, mais qui impliquait probablement une prise de position, une spontanéité de sa part qu'elle gérait mal. Cela fait bien longtemps que j'ai noté cette tendance chez les Japonais, mais nous atteignons là des sommets inimaginables.
Sa réaction aurait probablement été semblable si je l'avais questionnée par exemple... à propos du nombre de ses rapports sexuels hebdomadaires,... ou annuels!
 
Une chaine d'hôtels a ouvert, il y a quelque temps dans le pays, du nom de Hen na Hotel. Les réceptionnistes sont des robots humanoïdes. Une grande première mondiale, et cela ne m'étonne pas, mais alors pas du tout que ce soit au Japon, dans cette société de fichus clones inexpressifs programmés pour déblatérer des phrases stéréotypées, où l'individu, l'humain n'a pas sa place.
 
Je me souviens avec nostalgie de cet été, dans un Monoprix de France où j'avais acheté un shampooing et un démêlant au coco et à l'argan aux parfums gourmands. La vendeuse, en les encaissant me sourit et me dit que mes produits ont l'air bien. Elle me demande alors si elle peut ouvrir les capuchons pour les sentir. Elle m'avoue adorer ces odeurs qui ressemblent à des huiles solaires... Une petite complicité s'installe, nous échangeons quelques phrases, sourires, pour nous souhaiter une bonne journée. Au Japon, une telle situation relève de l'utopie.
J'avais déjà dit préférer le service japonais, rassurant, sans heurts, efficace et respectueux...mais aujourd'hui, je ne sais plus... Jusqu'au jour où je me referais mal servir en France?
 
Accepter ce que l'on ne peut changer... puisque j'ai choisi le Japon, meilleur compromis pour moi comme pays de résidence.
 
J'ai passé le week-end à lâcher prise au bord de la mer, dans ses embruns, le bruit lourd et mousseux des longues vagues qui tombent sur la grève. Au crépuscule j'ai couru dans le vent salé, fait naître des bulles de savon, légères, précieuses, éphémères, sur la silhouette du mont Fuji, toute petite, de l'autre côté de la baie.
 
Kansaijin
 
 
Bulles de sabon "Shabondama"

Bulles de sabon "Shabondama"

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

eden 25/10/2018 03:58

Coucou !
Ca fait désormais un an au Japon pour moi, et je commence à me retrouver dans ce que tu dis. Je regrette que les vendeurs ne soient pas plus enclins à papoter ou rire avec les clients. En France quand j'étais vendeuse, je le faisais souvent alors par exemple dans les conbini j'essaie toujours de lancer une petite remarque pour décoincer les échanges, ou alors comme toi quand je me trompe, dire une petite justification rigolote. MAIS RIEN, rarement de réaction, ce qui fait que je me retrouve souvent à rire toute seule, tristement. Peut-être que les managers sont stricts : salutations exclusivement et pas d'échange superflu, et, c'est sans conteste efficace, mais un peu triste. Je me souviens que juste une fois avec un vendeur d'origine indienne, j'ai bien rigolé, mais c'est tout.
Ensuite, je te rejoins sur les salarymen et les japonais qui mettent leurs pantatons hyper haut sur les hanches avec ceinture serrée. si on soulève leurs tee shirt, ça fait vraiment le pantalon mis comme un papi XD.
En tout cas, tes articles sont toujours aussi bien écrits, j'aime beaucoup cette rubrique chronique :D

Kansaijin 25/10/2018 08:00

Merci :) Je suis contente de te retrouver Eden, et de partager tout ça! Eh oui, on est dans le même bateau au fin fond de l'Extrême Orient! ^ ^ Les vendeurs ont l'air d'être strictement éduqués dans les grands magasins, mais dans les Hyakkin et les Combinis, ce sont juste des étudiants en Baito. Je pense que c'est culturel aussi, et d'autant plus s'ils ont affaire à une Gaijine. Bon courage à nous !!

JuliedeParis 24/10/2018 16:58

Ton article est intéressant.Je rêve de voyager au Japon, et je suis sûre maintenant que je ne voudrais pas vivre dans cette société. Qu'elle froideur !

Kansaijin 25/10/2018 07:51

Oui, il ne vaut mieux pas :) Mais en voyage, tu vas te régaler!

Gagaie 24/10/2018 15:21

Des situations délicates que tu décris. Surtout celle des transports en commun.
Tu sais, en France, il y a des vendeurs qui prennent le temps de papoter avec toi (habitant dans un petit village, ça aide) mais dans les grandes villes, c'est tout autre... Il suffit de dire Bonjour et tu passes illico pour une extraterrestre... Alors, je t'avouerais que je ne sais pas ce qui est le mieux.
J'espère que tu profites bien du momiji. Ici, la forêt s'est mise à changer de couleurs et le fond de l'air est frais. Ce weekend, la météo annonce même de la neige sur les sommets.

Bises, bonne semaine

Gaëlle

Kansaijin 24/10/2018 16:22

Merci Gaëlle! Oui, il faut relativiser... Et en France j'ai aussi eu de très mauvaises expériences de service, avec des scènes surréalistes...mais plus humaines quand même, même si certes dans le mauvais sens! Ce qui serait le mieux, peut-être un équilibre entre la France et le Japon? Beaucoup le pensent. Il parait que des Japonais éduquent des vendeurs à Uniqlo à Paris!
Les Momijis, c'est dans un mois seulement. J'imagine bien l'automne alsacien avec ses marrons, ses grosses feuilles rousses :) et les Vosges délicatement saupoudrées de neige!
Nostalgie! Bonne semaine aussi :) Schmoutz du Japon

Archives

Nous sommes sociaux !

Articles récents